Guerre mondiale

Le pape François parla d’une troisième guerre mondiale qui est une guerre contre le terrorisme. Mais il y a bien une troisième guerre mondiale qui a commencé vers le début des années ‘1990: une guerre contre la personne. Il s’agit d’une guerre contre l’individu, contre vous et moi. Une guerre qui a commencé aux Etats-Unis bien-sûr. Il s’agit d’une guerre entre idées: idées libérales contre idées plutôt conservatrices, idées chrétiennes contre idées musulmanes, etc. Il s’agit d’une guerre morale: que vaut encore la morale, la religion ? Il faut combien de lois pour régir le quotidien des hommes ? Il s’agit d’une guerre du travail: heures supplémentaires non payées, harcèlement moral et sexuel sur les lieux de travail, structures hiérarchiques obsolètes, politique de l’information injuste, etc. Guerre dans les familles: les taux de divorce sont très élevés, les enfants commandent les parents, les personnes âgées sont parquées dans des maisons de retraite où elles sont “oubliées”. C’est donc une guerre de tous les jours: une guerre sur le travail, une guerre dans la famille, une guerre contre le citoyen en général. En Amérique il ne se passe plus un jour où il n’y a pas une personne qui disjoncte et se met à tirer sur tout ce qui bouge. En Europe des jeunes désorientés, souvent issus de l’immigration, commettent des attentats. (voir aussi mes articles: sur les auteurs des derniers attentats et pourquoi il y a tellement de gens qui disjonctent). Les taux de suicide sont très élevés dans les pays industrialisés. L’ascenseur social est en panne. La montée devient de plus en plus difficile, par contre la descente peut se faire en vitesse-éclair. A cela il faut ajouter un nomadisme comme on l’a jamais connu dans toute l’histoire de l’humanité: il y a des flux migratoires, pas seulement du sud vers le nord mais dans tout les sens: nord vers sud, sud vers nord, est vers ouest, campagne vers ville, etc. Beaucoup de personnes souffrent de solitude parce qu’elles sont loin de leurs familles et les cercles d’amis ne suffisent pas pour combler le vide. Les maladies psychiques comme les dépressions ou les burn-out prennent l’ampleur d’une épidémie, ce sont des maladies causées par le système ou par cette guerre. Parmi les victimes il y a aussi des victimes du terrorisme parce que le terrorisme est aussi un produit de cette troisième guerre mondiale. Je parle bien-sûr de ce terrorisme que l’on rencontre chez nous: des jeunes issus des banlieues qui tournent mal et sombrent dans la violence. Des jeunes qui ont perdu la guerre, comme toutes ces personnes suicidées, ces personnes seules, ces personnes malades ou invalides, ces personnes qui se retrouvent dans la rue. La question qui se pose est si cette guerre ne va pas déraper un jour et finir en apocalypse. Le pire est que cette guerre ne cause pas trop de morts mais à force de combattre on en arrive à la question si la mort, enfin, n’est pas une sorte de libération. Car la vie de tous les jours est devenue une guerre permanente et beaucoup n’ont plus la force de combattre. D’autres refusent tout simplement de se battre et vivent au dépens des autres car voilà l’autre problème de cette guerre: les méchants ne sont pas toujours ceux qui vous combattent et rouler l’autre est devenu un sport.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *