La vie de chrétien

Les dix commandements:

A. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces.

  • 1) Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement.
  • 2) Son saint nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment.
  • 3) Le jour du Seigneur tu garderas, en servant Dieu dévotement.

B. Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

  • 4) Honores ton père et ta mère.
  • 5) Tu ne tueras pas.
  • 6) Tu ne commettras pas d’adultère.
  • 7) Tu ne voleras pas.
  • 8) Tu ne témoigneras pas faussement contre ton prochain.
  • 9) Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain.
  • 10) Tu ne convoiteras rien de ce qui est de ton prochain.

Les sept sacrements:

  1. le Baptême, qui marque l’entrée d’une personne dans la communauté des chrétiens ;
  2. l’Eucharistie, partage du pain et du vin consacrés par le prêtre et devenus le corps et le sang du Christ ;
  3. la Confirmation qui renouvelle l’engagement du baptême ;
  4. le sacrement de Réconciliation (appelé aussi sacrement de pénitence), le chrétien reconnaît ses péchés et en demande le pardon, qui lui est donné par le prêtre ;
  5. l’Onction des malades (aussi appelée sacrement des malades, anciennement extrême-onction), sacrement des malades et des mourants administré pour les aider à supporter leurs souffrances ;
  6. le Sacrement de mariage, qui unit un chrétien et une chrétienne comme époux et épouse ;
  7. l’Ordination, qui donne aux prêtres le pouvoir d’exercer leur fonction sacrée, c’est-à-dire de produire, par l’Église, les sacrements.

Les quatre vertus cardinales:

1) la justice, la giustizia, die Gerechtigkeit: consiste dans la constante et ferme volonté de donner moralement à chacun ce qui lui est universellement dû;

2) la prudence, la prudenza, die Weisheit: ou sagesse dispose la raison pratique à discerner en toutes circonstances le véritable bien et à choisir les justes moyens de l’accomplir;

3) la tempérance, la temperenza, die Mäßigung: assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et maintient les désirs dans les limites de l’honnêteté, procurant l’équilibre dans l’usage des biens ;

4) le courage, la fortezza, die Tapferkeit: force d’âme, c’est-à-dire le courage, force morale encore appelée fortitude, permet dans les difficultés la fermeté et la constance dans la poursuite du bien, affermissant la résolution de résister aux tentations et de surmonter les obstacles.

—> 3 vertus théologiques: foi, espérance, charité.

Les sept péchés capitaux:

  1. L’orgueil (superbia en latin), la superbia, Eitelkeit: attribution à ses propres mérites de qualités ou de comportements qui sont des dons de Dieu (intelligence, vertus, etc.).
  2. L’avarice (avaritia en latin), l’avarizia, Geiz: accumulation des richesses recherchées pour elles-mêmes.
  3. L’envie (invidia en latin), l’invidia, Neid: la tristesse ressentie face à la possession par autrui d’un bien, et la volonté de se l’approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la Jalousie).
  4. La colère (ira en latin), l’ira, Zorn: produit des excès en paroles ou en actes : insultes, violences, meurtre.
  5. La luxure (luxuria en latin), la lussuria, Genusssucht: plaisir sexuel recherché pour lui-même.
  6. La gourmandise (gula en latin), la gola, Maßlosigkeit: ce n’est pas tant la gourmandise au sens moderne qui est blâmable que la gloutonnerie, cette dernière impliquant davantage l’idée de démesure et d’aveuglement que le mot gourmandise. Par ailleurs, on constate que dans d’autres langues ce péché n’est pas désigné par un mot signifiant « gourmandise » (gluttony en anglais par exemple).
  7. La paresse, anciennement l’acédie (acedia en latin), l’accidia, Faulheit: Le catéchisme de l’Eglise catholique définit l’acédie, terme disparu du langage courant, comme « une forme de dépression due au relâchement de l’ascèse ». Il s’agit en effet de paresse morale. L’acédie, c’est un mal de l’âme qui s’exprime par l’ennui, l’éloignement de la prière, de la pénitence et de la lecture spirituelle.

On distingue péché mortel (donc assez grave comme violence, adultère, meurtre, vol important, etc. commis en toute connaissance de cause – pleine conscience, liberté, consentement – devant être absous par un prêtre durant la confession) et veniel (donc tout ce qui peut diminuer les effets des vertus cardinales) mais qui peut conduire au mortel si délibéré et sans repentance.

Les œuvres de miséricorde,…

sept corporelles:

  1. donner à manger aux affamés ;
  2. donner à boire à ceux qui ont soif ;
  3. vêtir ceux qui sont nus ;
  4. accueillir les étrangers ;
  5. assister les malades ;
  6. visiter les prisonniers ;
  7. ensevelir les morts.

sept spirituelles:

  1. conseiller ceux qui sont dans le doute ;
  2. enseigner les ignorants ;
  3. avertir les pécheurs ;
  4. consoler les affligés ;
  5. pardonner les offenses ;
  6. supporter patiemment les personnes ennuyeuses ;
  7. prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

Les 3 bianchezze selon Don Bosco: pape, eucharistie, Marie

Le carême est une période de jeune et d’abstinence de plus ou moins 40 jours qui s’étent du mercredi des cendres jusqu’au samedi saint, donc samedi avant pâques.

(Faire ses prières quotidiennes, observer le carême, aller régulièrement à la messe, lire la bible ou des textes religieux, faire des pélérinages, l’aumône sont aussi des obligations du croyant chrétien.)

This entry was posted in Schio. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.