Lettre(s) à Georges (3)

12.08.2019: Voilà un an que je ne t’ai plus écrit. Dans ma vie rien n’a changé. J’ai eu une crise avec ma femme récemment mais ça n’a pas duré trop longtemps. Voilà 16 ans et demi que nous sommes mariés, notre amour est allé en grandissant. Ma femme est une personne très équilibrée, c’est peut-être la clé de notre succès. Moi je suis plutôt du genre mélancolique-colérique. Nous faisons régulièrement des pèlerinages, voilà, selon moi, le remède principal à la stabilité de notre mariage. Nous célébrons aussi les anniversaires de notre mariage, c’est ainsi que nous avons fait une grande fête pour nos 10 ans de mariage, avons fait bénir nos 13 ans de mariage et avons célébré nos 16 ans de mariage dans le restaurant. Selon moi c’est très important pour aller de l’avant.

Nos enfants me semblent être équilibrés. J’essaie de leur inculquer l’importance de la vie, je ne me vois pas comme un patron mais plutôt comme un guide ou un ami. Nous aimons nos enfants et nous nous faisons beaucoup de soucis pour eux. Leur montrer qu’ils comptent pour nous est, selon moi, la clé du succès. Leur montrer que les parents s’aiment est aussi important pour leur équilibre. Faire des enfants dans l’espoir que les rapports entre conjoints vont s’améliorer n’est vraiment pas le bon moyen. Une erreur que nous avons faite, mais sans le vouloir, est de ne laisser que 14 mois de différence entre nos deux enfants, cela n’est pas bon pour le psychisme de la femme. Nous avons eu des agréables vacances, cela a contribué à notre bonheur. Je ne suis pas un spécialiste des relations entre conjoints et des relations parents-enfants, jusqu’à présent cela m’a réussit, pour l’avenir je n’ai aucune certitude. Mais rappelles-toi toujours de ceci: la famille doit être le contraire de l’égoisme. En tout cas j’espère que tu as appris des choses avec mes lettres. J’aimerais tellement te prouver que croire en Dieu n’est pas seulement un remède pour supporter sa croix mais aussi une clé vers le succès et le bonheur, en tout cas dans ma dernière lettre tu as vu comment les épreuves négatives ont rendu plus forte ma femme, cela a donc aussi ses bons côtés. A moi elles m’ont aidé à réfléchir et donné de l’expérience. Maintenant il s’agit de trouver ma place et de donner la place qu’il faut à la famille.

Retour deuxième lettre

This entry was posted in Famille. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.