Adultes

Récemment il y a eu plusieurs cas de harcèlement dans les lycées luxembourgeois. Entre autres un professeur qui envoyait des messages sur les réseaux sociaux à des élèves un peu “osés” et un autre qui avait photographié, avec le gsm d’une élève, son pénis. Est-ce que ces gens sont malades ? D’une certaine manière oui. Mais ils sont avant tout accros. Normalement de tels gens se masturbent plusieurs fois par jour et ce presque tous les jours. Ensuite ce sont de gros consommateurs de pornographie et malheureusement aujourd’hui, avec internet, on a l’embarras du choix. Ce sont aussi des client réguliers de sex-shops. Ces gens ont une très grosse fantaisie, ils ont tout le temps des fantasmes sexuels et ne peuvent regarder quelqu’un d’une façon normale. Ils sont comme des prédateurs à la recherche d’une proie pour assouvir leurs fantasmes. Enfin ces gens ne connaissent plus leurs limites, pour eux c’est comme un jeu, ils ne sont pas conscients de leurs actes. Ils pensent qu’ils ne font que des blagues comme avec le pénis ou pensent qu’ils voulaient seulement être gentils comme avec les messages. Ils considèrent le sexe comme quelque chose de normal où il n’y a pas de règles ou limites. Tout ceci n’est pas une conséquence de la soi-disant “révolution sexuelle” car même des pays à la tradition plus pudique connaissent ces problèmes. Les auteurs sont presque toujours masculins. Il faut savoir, en termes simples, que chez l’homme la sexualité a besoin de sortir et chez la femme de entrer. Voilà pourquoi il y a plus de prostitution féminine que masculine. Parfois les auteurs sont misogynes ou ont une moralité extrême car ils pensent que ce sont les femmes (ou certaines d’entre elles) qui les provoquent ou pensent que toutes les femmes “veulent ça”. Il y a aussi bien-sûr les auteurs homosexuels ou pédophiles mais ça va dans la même direction.

Les pires ennemies des femmes sont les femmes car parmi 1.000 qui disent non il y en a aussi qui disent oui et voilà qu’elles donnent une mauvaise image des femmes. On pense à la “promotion canapé” par exemple qui n’est pas toujours à l’initiative des hommes. Ceci pour expliquer le problème de l’image mais qui ne veut nullement excuser les actes de ces prédateurs. Personne ne veut une une guerre des sexes mais ce serait une erreur de penser que seulement les hommes sont immoraux. (La nymphomanie est souvent une maladie qu’on doit curer, il y a aussi un problème d’addiction chez les femmes !)

Outre une thérapie chez un psychologue je conseille la chasteté absolue. Dans des cas extrêmes il faut prendre des anti-aphrodisiaques comme certains anti-dépresseurs, il s’agit de baisser le plus possible la libido. Mais ces médicaments ont souvent des effets secondaires. Il ne reste que la chasteté absolue: plus de masturbation, plus de pornographie d’une aucune manière, contrôle maximum des pensées. Il convient aussi lire les textes de loi à ce sujet et/ou certains passages de la bible sur tout ce qui regarde la sexualité, il s’agit de prendre la mesure de ces actes. Ce n’est pas seulement une question juridique mais aussi ou surtout morale.

C’est possible mais il faut de l’entraînement et une discipline de fer mais ça en vaut la peine surtout au regard des dégâts commis par de tels “malades” et les conséquences, souvent mais pas toujours, désastreuses pour les auteurs eux-mêmes.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.